Additional information
Reflections for the week
Online Retreat Weeks
Connect with us
Le JRS, Retraite en ligne: Jour 3 – Des Réfugiés perdus dans des Mégapoles
mercredi, novembre 03, 2010


« Ce n’est que dans la … vulnérabilité que nous pouvons nouer une véritable relation et ce faisant trouver le sens de notre vie… C’est particulièrement vrai avec les pauvres et avec les gens qui sont différents. »

Aujourd’hui, au début de votre prière, rappelez-vous que vous êtes en présence du Dieu Saint. Ayez conscience que Dieu vous voit en tout temps et en tout lieux, et qu’il pose sur vous un regard aimant et puissant. Demandez à Dieu ce que vous voulez.

Aujourd’hui demandez à Dieu de vous donner la force de vous remettre au Mystère qui vous entoure, dans la certitude que l’univers se trouve dans les mains de Dieu. Demandez à Dieu qu’il augmente en vous la foi en son amour inconditionnel et en sa bonté qui peut surmonter toutes vos peurs et accomplir tous vos désirs.



Reflections for Prayer
Johannesburg, le 3 novembre 2010 – Aujourd’hui, plus de la moitié des réfugiés du monde vivent en zone urbaine plutôt que dans des camps qui, de manière générale, sont situés loin des grands centres urbains. Danisa, un jeune Zimbabwéen, fait partie de ceux que l’on appelle les « réfugiés urbains ». Il est récemment venu dans notre bureau de Pretoria pour demander l’argent nécessaire à l’ouverture d’un petit commerce de coiffure. Suite à une interview, un membre de notre équipe a acheté des tondeuses, une chaise, un miroir et une cuvette. Sa boutique se résume à cela. Nous l’avons aidé à obtenir le permis nécessaire à la pratique de son commerce en toute légalité, ce qui le rassure contre d’éventuelles descentes de police. Sans pour autant le mettre à l’abri des vols.

Danisa vient d’un village du sud Zimbabwe, il est l’aîné d’une famille de six enfants. Je lui ai demandé pourquoi il était parti et pourquoi il avait quitté l’école. Il m’a expliqué que son école avait fermé car le gouvernement ne pouvait plus payer les enseignants qui de ce fait se tournaient vers les parents. Ce type d’arrangement qui est gérable dans les grandes villes où les gens ont accès aux dollars, est impossible dans les villages ruraux, du type de celui de Danisa. En fait, Danisa a décidé de partir parce que sa famille mourait de faim. Le voyage a été dangereux. On lui a volé ses affaires et il a été sévèrement battu au moment où il arrivait à la frontière. Il s’est tourné vers la mendicité à Beitbridge du côté zimbabwéen de la frontière, puis il a fait de petits boulots en attendant d’avoir assez d’argent pour traverser la frontière. Il a ensuite fait 85km à pied pour atteindre Louis Trichaut. Cela lui a pris deux jours durant lesquels il dormait près de la route en essayant de ne pas se faire prendre.

Aujourd’hui, Danisa loue une petite véranda au 9e étage d’un immeuble qu’il partage avec un autre Zimbawéen. Son loyer se monte à 750 Rand par mois (100 dollars). La  véranda est ouverte à tous les vents. A l’intérieur de l’appartement de deux pièces il y a six autres locataires.

Dans le texte évangélique ci-dessous, Jésus raconte la parabole d’un blessé et de sa rencontre avec un prêtre, un lévite et un Samaritain. Cette parabole du Bon Samaritain est destinée à nous confronter à des questions difficiles : « Qui est mon prochain ? » et « Lequel des trois, selon vous, s’est montré le prochain de la victime ? » Comment l’histoire de Danisa peut-elle nous aider à répondre aux questions que Jésus pose ? Comment, dans notre vie de tous les jours, devenons-nous étrangers ou proches ? Qu’est-ce que l’histoire de Danisa me dit de ma propre vie ? En quoi me rapproche-t-elle de Dieu ?

P. David Holdcroft SJ
Directeur régional
JRS Afrique austral

Parlez à Dieu comme un ami parle à son ami.

Parlez-Lui de votre réponse, de vos besoins propres et de vos désirs les plus profonds.

Terminez votre prière avec le Notre Père, la prière que Jésus a enseignée à ses disciples.



Suggested Reading for Prayer
Luc 10: 29-34

Un légiste dit à Jésus : « Et qui est mon prochain? » Jésus reprit : «  Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho, et il tomba au milieu de brigands qui, après l'avoir dépouillé et roué de coups, s'en allèrent, le laissant à demi mort. Un prêtre vint à descendre par ce chemin-là ; il le vit et passa outre. Pareillement un lévite, survenant en ce lieu, le vit et passa outré. Mais un Samaritain, qui était en voyage, arriva près de lui, le vit et fut pris de pitié. Il s'approcha, banda ses plaies, y versant de l'huile et du vin, puis le chargea sur sa propre monture, le mena à l'hôtellerie et prit soin de lui ».