Additional information
Reflections for the week
Online Retreat Weeks
Connect with us
Le JRS, Retraite en ligne: Jour 17— Avec Jésus le Crucifié : Accompagner le Peuple Tamoul Souffrant
mercredi, novembre 17, 2010


« La Compagnie de Jésus a le souci des personnes complètement abandonnées ou mal aidées. C’est l’une des principales raisons qui ont conduit à la fondation de la Compagnie ; c’est ce qui lui donne sa force et son caractère spécifique dans l’Eglise »

Aujourd’hui, au début de votre prière, rappelez-vous que vous êtes en présence du Dieu Saint. Ayez conscience que Dieu vous voit en tout temps et en tout lieux, et qu’il pose sur vous un regard aimant et puissant. Demandez à Dieu ce que vous voulez.

Aujourd’hui demandez à Dieu de vous donner la force de vous remettre au Mystère qui vous entoure, dans la certitude que l’univers se trouve dans les mains de Dieu. Demandez à Dieu qu’il augmente en vous la foi en son amour inconditionnel et en sa bonté qui peut surmonter toutes vos peurs et accomplir tous vos désirs.



Reflections for Prayer

Colombo, le 17 novembre 2010 – Un dimanche matin du début de l’année 2009 je me ruais hors de chez moi la brosse à dent en main. Je devais célébrer la messe dominicale de 6h 30 dans une église du quartier. Tout à coup l’artillerie des forces gouvernementales a commencé  à tonner et je me précipitais dans le bunker avec de nombreux autres Tamouls. Lorsque j’en sortis pour vaquer à mes occupations du matin, il était déjà 9h00.

D’habitude, ma matinée était planifiée, mais à cette période, le pilonnage au mortier déterminait l’heure à laquelle nous nous levions, nous nous lavions, célébrions l’Eucharistie, mangions et allions nous coucher.

En 2009, au cours de la dernière phase baptisée « Opération Humanitaire », tous les habitants de la région de Vanni – quelque 330.000 personnes représentant un total de 80.000 familles – ont été pris dans la « zone sécurisée ». Cette zone, établie par le gouvernement le long de la côte orientale du district de Mullaitivu, fait 12 km de long sur 1 km de large. Parmi ces familles tamouls nombreuses sont celles qui ont déjà perdu un être cher, un membre et des biens durement gagnés au cours des nombreux déplacements engendrés par les bombardements et les tirs de mortier.

Je ne suis qu’un des nombreux Tamouls qui ont vu les horreurs de cette « guerre sans témoins ». Bombardements aériens, artillerie, lancement de roquettes et pilonnage de mortier, explosions de bombes à grappes, armes à feu, faisaient chaque jour leur lot de victimes. Comme de vulgaires insectes, les populations étaient mutilées, blessées et tuées. Tout le monde a été touché, les femmes, les enfants, et même les fœtus. A quoi il faut ajouter la pénurie en nourriture, abris, eau potable, sanitaires, médicaments, autant d’éléments qui rendaient la survie quasiment impossible.

Notre routine quotidienne, en tant que prêtres, consiste à assister les personnes dans la limite de nos ressources, visitant les blessés dans les hôpitaux de fortune, enterrant les morts, consolant les endeuillés et administrant les sacrements chaque fois que cela est possible. Il nous est apparu clairement que les forces armées sri lankaises étaient déterminées à exterminer les Tigres Tamouls à tout prix. Notre groupe de prêtres a plaidé en faveur des Tamouls innocents auprès du gouvernement sri lankais, des organisations humanitaires internationales, et du gouvernement américain. Notre objectif : sauver la vie des populations. Nous avons également confronté les leaders des Tigres  Tamouls à leurs propres abus et leur avons demandé de mettre un terme à cette guerre atroce. Non seulement nos appels ont échoué, mais le gouvernement nous a qualifiés de « terroristes » et les Tigres Tamouls nous ont menacés. La guerre a continué de plus belle et les populations ont continué à souffrir. Deux de nos frères prêtres ont été grièvement blessés et des milliers de personnes ont été tuées.

J’ai vécu le chemin de croix avec un fort sentiment d’impuissance. Mais c’est précisément cette dernière qui m’a permis de comprendre. Jésus, l’innocent, abandonné par ses disciples et ses apôtres, injustement condamné par les leaders militaires et religieux, a porté sa croix entièrement obéissant à la volonté du Père. Ici, dans le village de Vanni, j’étais prêt à partager la vie des personnes innocentes abandonnées, injustement condamnées à mort par les pouvoirs en place. Dans la foi, je vis une participation aux souffrances rédemptrices de Jésus réactualisées dans la vie de ces populations impuissantes.

Joseph Joel SJ
Directeur de pays
JRS Sri Lanka

Parlez à Dieu comme un ami parle à son ami.

Parlez-Lui de votre réponse, de vos besoins propres et de vos désirs les plus profonds.

Terminez votre prière avec le Notre Père, la prière que Jésus a enseignée à ses disciples.



Suggested Reading for Prayer
Matthieu 25,32-40

Devant lui seront rassemblées toutes les nations, et il séparera les gens les uns des autres, tout comme le berger sépare les brebis des boucs. Il placera les brebis à sa droite, et les boucs à sa gauche. Alors le Roi dira à ceux de droite : « Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume qui vous a été préparé depuis la fondation du monde. Car j'ai eu faim et vous m'avez donné à manger, j'ai eu soif et vous m'avez donné à boire, j'étais un étranger et vous m'avez accueilli, nu et vous m'avez vêtu, malade et vous m'avez visité, prisonnier et vous êtes venus me voir. » Alors les justes lui répondront : « Seigneur, quand nous est-il arrivé de te voir affamé et de te nourrir, assoiffé et de te désaltérer, étranger et de t'accueillir, nu et de te vêtir, malade ou prisonnier et de venir te voir? » Et le Roi leur fera cette réponse : « En vérité je vous le dis, dans la mesure où vous l'avez fait à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait. »