Additional information
Reflections for the week
Online Retreat Weeks
Connect with us
Le JRS, Retraite en ligne: Jour 23 — Dieu est Présent dans les Rêves des Enfants Réfugiés
mardi, novembre 23, 2010


« L’éducation est le moyen le plus sûr pour changer le monde. »

Aujourd’hui, au début de votre prière, rappelez-vous que vous êtes en présence du Dieu Saint. Ayez conscience que Dieu vous voit en tout temps et en tout lieux, et qu’il pose sur vous un regard aimant et puissant. Demandez à Dieu ce que vous voulez.

Aujourd’hui demandez à Dieu de vous donner la force de vous remettre au Mystère qui vous entoure, dans la certitude que l’univers se trouve dans les mains de Dieu. Demandez à Dieu qu’il augmente en vous la foi en son amour inconditionnel et en sa bonté qui peut surmonter toutes vos peurs et accomplir tous vos désirs.



Reflections for Prayer

le 23 novembre 2010 – Dans l’école primaire du camp de réfugiés d’Osire en Namibie, les enfants suivaient leurs cours là où ils trouvaient un espace – sous les arbres (si l’enseignant pouvait en trouver un ), dans le centre de distribution de la nourriture, tout autant que dans les salles de classe  avec un toit et des murs. Les rapatriés dépassaient de beaucoup la capacité d’accueil des salles de classe.

Les réfugiés rapatriés au Katanga, au sud-est du Congo, écoutaient avec attention leur professeur même s’ils étaient assis sur le sol sale dans une salle de classe à qui il manquait un mur, sans fenêtres, avec des trous de balle dans les murs, et un nid d’insectes haut d’un mètre près du tableau noir en ruines.

Je me suis souvent demandé comment ils pouvaient supporter de pareilles conditions, gelant l’hiver et grillant l’été en Namibie ou se demandant si les murs allaient s’écrouler au Katanga. Ces enfants m’ont appris comment ils supportaient et pourquoi. Ils savaient l’importance de l’éducation pour passer de l’épreuve et de la souffrance qui sont la marque de la vie des réfugiés, à une nouvelle vie qui les ramènerait dans leur pays d’origine ou qui les réinstallerait dans un autre pays.  Les cours représentaient une parenthèse dans la monotonie qui frappe la plupart des réfugiés obligés de vivre confinés dans un camp de réfugiés. Comme me le disait un des enfants : « L’école est la chose la plus excitante dans ma vie ».

J’ai vérifié la vérité de leur croyance. Au terme de 27 années de guerre civile, lorsque les Angolais sont rentrés chez eux, un grand nombre d’entre eux sont devenus les leaders de leurs communautés, et ont pu postuler pour des emplois grâce à l’éducation qu’ils avaient eue. Un grand nombre d’entre eux ont étudié dans des écoles où on enseignait en anglais et ont vécu dans des camps de réfugiés abritant des réfugiés parlant Français. Lorsqu’ils sont rentrés au pays, ils parlaient Français et Anglais, en plus du Portugais, la langue officielle de l’Angola. Une jeune femme éduquée en Namibie a obtenu un poste de secrétaire auprès d’un haut fonctionnaire des organisations internationales en poste en Angola. Un jeune homme est devenu gérant d’un grand supermarché à Luanda. De nombreux diplômés des études secondaires ont été engagés comme enseignants dans des écoles rurales du pays. (Ce qui représentait un progrès dans un pays où la plupart des enseignants dans les écoles rurales n’étaient pas allés plus loin que le primaire.

Les enfants réfugiés espèrent arriver bientôt à la fin de leur vie dans les camps de réfugiés. Ils espèrent aussi pouvoir commencer une nouvelle vie riche en possibilités et en expériences nouvelles.  Croyons-nous au Christ Ressuscité et à la promesse d’une vie nouvelle ? Ecoutons-nous avec compassion les enfants qui demandent notre aide pour  réaliser leurs rêves ?

Sœur Joanne Whitaker RSM
Ancien Directeur Régional
JRS Afrique Australe

Parlez à Dieu comme un ami parle à son ami.

Parlez-Lui de votre réponse, de vos besoins propres et de vos désirs les plus profonds.

Terminez votre prière avec le Notre Père, la prière que Jésus a enseignée à ses disciples.


Suggested Reading for Prayer
1 Timothée 4: 7-10

Exerce-toi à la piété. Les exercices corporels, eux, ne servent pas à grand-chose : la piété au contraire est utile à tout, car elle a la promesse de la vie, de la vie présente comme de la vie future. Elle est sûre cette parole et digne d'une entière créance. Si en effet nous peinons et combattons, c'est que nous avons mis notre espérance dans le Dieu vivant, le Sauveur de tous les hommes, des croyants surtout.