Additional information
Reflections for the week
Online Retreat Weeks
Connect with us
Le JRS, Retraite en ligne: Jour 24 – Des signes d’une vie nouvelle avec les réfugiés
mercredi, novembre 24, 2010


« Si quelqu'un a soif, qu'il vienne à moi, et qu'il boive, celui qui croit en moi ! »

Aujourd’hui, au début de votre prière, rappelez-vous que vous êtes en présence du Dieu Saint. Ayez conscience que Dieu vous voit en tout temps et en tout lieux, et qu’il pose sur vous un regard aimant et puissant. Demandez à Dieu ce que vous voulez.

Aujourd’hui demandez à Dieu de vous donner la force de vous remettre au Mystère qui vous entoure, dans la certitude que l’univers se trouve dans les mains de Dieu. Demandez à Dieu qu’il augmente en vous la foi en son amour inconditionnel et en sa bonté qui peut surmonter toutes vos peurs et accomplir tous vos désirs.



Reflections for Prayer

Mae Hong Son, le 24 novembre 2010 – Réfléchissons sur les expériences de vie nouvelle qui anticipent la vie avec le Christ  Ressuscité.

Je travaille dans le nord de la Thaïlande avec des réfugiés birmans vivant dans un camp. Notre équipe du JRS est composée de bouddhistes, de catholiques, de baptistes et de méthodistes. Un mélange de croyances qui reflète la population du camp proche, mais qui est très différente de la Thaïlande à majorité bouddhiste.

Une collègue bouddhiste originaire d’une tribu des montagnes minoritaire m’a dit que le fait de se joindre au travail d’accompagnement du JRS s’était imposé à elle et qu’elle y trouvait une source de vie nouvelle. En tant que pratiquante bouddhiste, elle m’a expliqué que l’un des principes bouddhistes est le respect de toute forme de vie nouvelle où qu’elle se trouve. Le Bouddha a enseigné que la vie est impermanente, qu’elle se déroule selon le cycle incessant de la naissance, de la souffrance et de la mort, et de la réincarnation,  et que seule la pratique de la compassion peut nous permettre de sortir de ce cycle. La nouvelle vie proposée par le JRS lui permet de mettre en œuvre la compassion.

Ce même jour où nous avions eu cette conversation au bureau, je me trouvais dans le camp de réfugiés en train de parler au personnel éducatif au sujet du roulement des enseignants qualifiés, un roulement dû au grand nombre de réfugiés qui acceptent d’être réinstallés aux Etats-Unis. Je réalisais tout d’un coup que la réinstallation est aussi une manière d’expérimenter une nouvelle vie, combien de fois, en effet, avais-je entendu les réfugiés dire que la réinstallation était le début d’une vie nouvelle. Si certains ont fait l’expérience de la résurrection, pour d’autres ce fut celle de la croix. Cette vie nouvelle signifie laisser derrière soi son identité : recommencer leur vie implique d’accepter de mourir à leur vie et à leur famille qu’ils ont laissées en Birmanie.

Ces drames et ces dilemmes se jouent dans la vie des gens enfermés dans un univers  contrôlé, un camp de réfugiés, où la seule décision qu’ils semblent libres de prendre est celle qui concerne leur réinstallation. Le JRS les accompagne durant ces moments de réflexion et de décision. Les membres du JRS essaient d’approfondir leur pratique de la compassion dans l’accompagnement afin qu’elle devienne une force de transformation plutôt qu’une force d’oppression orientée vers un plus grand contrôle de leur vie.

Dans l’évangile selon St Jean, la communauté chrétienne reconnaît en Jésus celui qui leur apporte la vie nouvelle. Grâce au don de l’Esprit, ils deviennent à leur tour source de renaissance et de vie nouvelle pour les autres. Utiliser le texte de Jean 7,37-39 pour demander la grâce de redécouvrir la vie nouvelle dans notre vie quotidienne, en étant transformé par le pouvoir de l’Esprit Saint et en s’engageant à vivre une vie de compassion.

P. Joe Hampson SJ
Membre de l’équipe
JRS Thaïlande

Parlez à Dieu comme un ami parle à son ami.

Parlez-Lui de votre réponse, de vos besoins propres et de vos désirs les plus profonds.

Terminez votre prière avec le Notre Père, la prière que Jésus a enseignée à ses disciples.


Suggested Reading for Prayer
Jean 7: 37-39

Le dernier jour de la fête, le grand jour, Jésus, debout, s'écria : « Si quelqu'un a soif, qu'il vienne à moi, et qu'il boive, celui qui croit en moi !  » selon le mot de l'Écriture : De son sein couleront des fleuves d'eau vive. Il parlait de l'Esprit que devaient recevoir ceux qui avaient cru en lui ; car il n'y avait pas encore d'Esprit, parce que Jésus n'avait pas encore été glorifié.